Imprimer Chercher

23/11/2022 - 20:00

Kancheli, Deleuze, Tulve

Bozar Salle M

L’œuvre du grand compositeur géorgien Giya Kancheli, disparu fin 2019, révèle un profond mysticisme. Elle explore avec expressivité la dimension métaphysique de l’être humain, entre quête de perfection et illumination. Pour rendre hommage à ce brillant compositeur cher à Musiques Nouvelles, l’ensemble interprète Exil, l’un de ses opus phare, sorte d’oratorio qui déroule, en pulsation calme, douce et pénétrante, des poésies de Paul Celan et de Hans Sahl
Ce chef d'oeuvre sera précédé par deux créations mondiales, l'une de Jean-Pierre Deleuze et l'autre de l'estonienne Helena Tulve.

Musiques Nouvelles, direction Jean-Paul Dessy.
 
Programme :
Jean-Pierre Deleuze, The Primeval Atomcréation mondiale
Helena Tulve, création mondiale
Giya Kancheli, Exil.

Coproduction :  Mars-Mons arts de la scène/Musiques Nouvelles, Bozar, Ars Musica

Réservations ouvertes ici 

The Primeval Atom

Le titre The Primeval Atom fait directement référence à l’ «hypothèse de l’atome primitif» que Georges Lemaître a élaborée pour expliquer le début temporel de l’Univers.

Né à Charleroi en 1894, il était prêtre, mathématicien, physicien théoricien, remarquable cosmologiste et, dès 1927, professeur d’astrophysique à l’Université catholique de Louvain.

L’année 1922 - il y a cent ans - marque d’une certaine façon le début de sa carrière scientifique : il rédige un mémoire sur La Physique d’Einstein qui lui permettra d’être sélectionné l’année suivante comme chercheur associé à l'Université de Cambridge où il travailla avec Arthur Eddington qui l'initia à l'astronomie stellaire. En 1925, il s'inscrit au programme de doctorat en sciences au Massachusetts Institute of Technology. En 1927, il publie un rapport dans les Annales de la Société Scientifique de Bruxelles dans lequel il présente le modèle théorique d’un univers en expansion à partir des équations de la relativité générale. Cette théorie devint plus tard connue sous le nom de loi de Hubble, même si Lemaître fut le premier à fournir une estimation observationnelle de la constante de Hubble. La proposition de Lemaître a rencontré dans un premier temps le scepticisme de ses collègues scientifiques et parmi ceux-ci, Eddington, et même Einstein qui l’estimait injustifiable d'un point de vue physique.

Par la suite, la théorie de Lemaître est devenue plus connue sous le nom de « théorie du Big Bang », un terme pittoresque inventé de manière ironique par l'astronome britannique Fred Hoyle qui est resté partisan de l'univers en état d'équilibre jusqu'à sa mort en 2001.

C’est donc en hommage au génie scientifique de Georges Lemaître que j’ai souhaité composer pour l’ensemble Musiques Nouvelles cette fantaisie allégorique, traduction sonore de la réception toute subjective dans mon imaginaire de cette théorie de l’origine de notre Univers et nourrie par les récentes images fabuleuses captées par le télescope James Webb.

Jean-Pierre Deleuze