Imprimer Chercher

O Clock - Jean-Paul Dessy (33' - 2006) - Dans le cadre d'ARS MUSICA 2014

Deuxième pièce du concert de Musiques Nouvelles à Bozar  - 18/11/2014 - Minimalist ? Maximalist !
Lien vers le dossier du concert : ICI

Coproduction : Le manège.mons/Musiques Nouvelles – Bozar – Ars Musica

Distribution : Musiques Nouvelles, direction Jean-Paul Dessy
violons : Cristina Constantinescu, Laurent Houque / altos : Karel Coninx, Antoine Combot / violoncelles : Jean-Pol Zanutel, Eugénie Defraigne / contrebasse : Thomas Fiorini / clarinette : Charles Michiels / trombone : Adrien Lambinet / piano : André Ristic / guitare : Hughes Kolp / percussions : Pierre Quiriny
ingénieur du son : Jarek Frankowski

***

O CLOCK - Note de Jean-Paul Dessy
Pour deux violons, deux altos, deux violoncelles, contrebasse, guitare électrique, trombone, percussion, clarinette, piano et électronique - 33'33"
Commissionné par Heiner Goebbels. Création le 14 janvier 2006 à l’Opéra de Francfort par l’Ensemble Modern.
Le monde extérieur vit sous l’emprise du temps horloger, tic-tac implacable, Chronos vorace qui ne cesse d’engloutir nos instants fugitifs à jamais révolus. Ce temps du va-et-vient parfois nous grise, souvent nous blesse, toujours nous asservit.

Mais notre monde intérieur connaît aussi un temps sans temps, présent permanent, Orphée qui du temps suspend le vol, temps de l’instant infini. Ce temps d’immensité nous délie, nous grandit, nous unit.

Entre ces temps, nos vies tempêtent ou temporisent.

O CLOCK, horloge d’intériorité, avance et retarde, tinte et s’éteint, oscille entre le glas et les carillons, entre les sons pulsés et les sonorités étales, entre le cliquetis des mécaniques et la stridulation des cigales, entre Dionysos en jubilation et Apollon en contemplation.

Le O de O CLOCK est tout autant la lettre que le chiffre: o’clock à l’heure ou zero clock sans heure.

O CLOCK est une machine à démonter le temps.

***

Vidéo et Montage : Mélismes ASBL
Son et Mixage : Acoustic Recordings - Jarek Frankowski
Photos : Isabelle Françaix.